Chenilles processionnaires

Contenu de la page : Chenilles processionnaires

(Thaumetopoea pityocampa)

  • Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire ?
    Il s’agit d’un papillon défoliateur spécifique des conifères. On le rencontre principalement sur les pins et plus rarement sur les cèdres. Une autre espèce similaire s’attaque également aux chênes.
  • Dégâts sur les végétaux
    Les chenilles provoquent une défoliation partielle ou totale. Cela ne provoque pas la mort de l’arbre. Cependant, celui-ci est affaibli et donc moins résistant aux agressions éventuelles d’autres ravageurs (scolytes, charançons, etc.) ou de maladies (rouilles, chancre, etc.). Les attaques cumulées de plusieurs organismes nuisibles peuvent alors provoquer la mort de l’arbre infesté.
  • Un risque pour l’homme et les animaux
    La chenille libère des soies urticantes contenant des protéines fortement allergènes dont la thaumetopoeine. Celles-ci peuvent être responsables de différentes réactions :
    - Réaction simple cutanée ou oculaire, comme des plaques rouges accompagnées de démangeaisons et de sensation de brûlure, ou des paupières rouges enflées qui peuvent évoluer vers des lésions plus graves.
    - Réaction grave pouvant aller jusqu’au choc anaphylactique. Les animaux les plus exposés sont les chiens et les chevaux. Directement accessibles pendant les périodes de procession, les propriétés urticantes des chenilles peuvent entrainer des nécroses de la langue, des œdèmes des babines ou encore des vomissements.
  • Quand agir ?
    Préalable : protégez-vous par des vêtements adaptés, à usage unique ou ciré, lunettes, casquette, gants.

Au redoux :
Dans le cas de faibles attaques, ponctuelles ou sur des arbres isolés, la lutte mécanique reste la plus efficace. Elle consiste à couper les rameaux qui supportent les nids et à les détruire par le feu. Précision utile : ne vous mettez pas face au vent.

En mars-avril :
Les chenilles quittent leurs nids sous forme de processions pour aller s’enfouir dans le sol à quelques centimètres de profondeur. Elles s’y transformeront en chrysalides, puis en papillons adultes qui émergeront au début de l’été suivant. Installez un écopiège sur le tronc pour piéger les chenilles ou marquez l’endroit de l’enfouissement avec un bâton et venez les déterrer un mois plus tard. Arrosez votre sol avant d’intervenir pour éviter l’effet volatile des poils qui peuvent subsister dans le sol. Détruisez les chrysalides récoltées par incinération.

D’avril à octobre :
Le piège à phéromone Les pièges utilisés sont associés à des capsules qui diffusent une phéromone de synthèse identique à celle du papillon femelle, permettant de n’attirer que les mâles de la même espèce. Ces derniers entrent dans le piège par l’entonnoir et ne peuvent plus en sortir. Le piégeage des mâles permet de diminuer les accouplements et ainsi la descendance.

  • Vous vous êtes fait piquer ?
    - Epiler les poils non brisés avec du sparadrap,
    - Laver les vêtements souillés à la machine à laver à la température la plus haute possible pour dissoudre les poils et entrainer la substance urticante. Le contact avec le venin impose un rinçage immédiat à l’eau claire (pas d’eau chaude qui dissoudrait les poils et libèrerait le venin).

Toutes ces suggestions ne dispensent absolument pas la consultation médicale ou vétérinaire bien évidement !

Portfolio