Bâtiments économes

Contenu de la page : Bâtiments économes

La municipalité a fait établir un bilan énergétique du patrimoine « bâti » communal en trois volets :

  • état des lieux de la situation énergétique du patrimoine bâti,
  • solutions d’améliorations,
  • possibilité ou non de développer des énergies renouvelables.
Bâtiment économe © Ville de Champagne au Mont d'Or

Les bâtiments communaux, les installations techniques, les tarifs et abonnements ont été passés au peigne fin.

Le patrimoine étudié concerne 17 sites totalisant une surface totale de 14 063 m2.

Les sites les plus préoccupants correspondent au gymnase Bonora et à l’Espace Monts d’Or. Ils présentent d’importantes consommations d’énergie primaire par rapport au volume à chauffer. Le groupe scolaire Dominique Vincent est le bâtiment consommant le plus d’énergie, mais par rapport au volume à chauffer, le ratio est moins mauvais que pour les deux premiers bâtiments cités. Néanmoins, étant donné les surfaces en jeu, il est très intéressant de réaliser des économies d’énergie sur ce site.

L’espace de loisirs du Coulouvrier et le gymnase Marcel Chatelet, arrivent en seconde priorité. Ils présentent des consommations relativement élevées et un ratio surfacique moyen.

Certains bâtiments présentent de faibles consommations d’énergie qui ne sont pas dues à une bonne efficacité énergétique mais, pour certains, au caractère occasionnel de leur occupation !

L’ensemble des bâtiments a été classifié selon le système bien connu des étiquettes d’énergie (comme sur les appareils électroménagers) et les quatre principaux voient même leur diagnostic de performance énergétique (DPE) affiché. 135 préconisations et recommandations ont été faites à la commune. Tout n’est pas réalisable, eu égard aux durées d’amortissements prévisibles (supérieures à 20 ans), à la qualité et au taux d’occupation de certains bâtiments.

La commune possède un patrimoine très diversifié dont la situation énergétique est améliorable. Un programme d’investissements importants, répartis sur plusieurs années, est d’ores et déjà en place et permettra une consommation énergétique après travaux conforme aux objectifs du Grenelle de l’environnement 2020. Ces rénovations profondes et cohérentes ne seront rien sans un changement de comportement primordial. En effet, chaque utilisateur d’un bâtiment communal peut, à son niveau, contribuer à économiser les ressources en eau et en énergie de la planète.

Les économies de demain sont les dépenses d’aujourd’hui.

Une autre partie de l’étude concernait les consommations en eau. Afin de mieux les maîtriser, les compteurs d’eau vont être changés pour que le suivi des consommations soit plus aisé grâce à un système d’alertes automatiques.

Enfin, l’éclairage public n’était pas oublié. 13% de l’énergie primaire consommée par la commune, l’est pour éclairer les rues, les parcs et bâtiments communaux. Un inventaire exhaustif a été dressé. Techniquement, le parc est en bon état. Des défauts d’éclairement ont été pointés (zones non éclairées), des améliorations de matériel sont largement possibles. Il a fallu également s’atteler au changement des lampes qui sont interdites à la commercialisation depuis 2015, comme les ballons fluorescents (technologie des années 60 avec faible efficacité lumineuse) par des lampes plus performantes. Les copropriétés, lotissements, équipés de telles lampes ou de luminaire boule, auront eux aussi, à procéder aux changements nécessaires.

A noter

Le montant du budget consacré aux fluides (eau, gaz, fuel, électricité) représente plus de 25 % de ce que les Champenois payent au titre de la taxe d’habitation…